Paiement sécurisé - Livraison offerte dès 14.90€

La récolte du Sel de Guérande : le travail des paludiers

La tradition du sel de Guérande se perpétue avec XxSel. Zoom sur la récolte d’un produit noble collecté depuis des siècles au cœur de la presqu’île Guérandaise.

Le Travail des paludiers

Marais salants de Guérande, une tradition séculaire

Depuis les temps les plus reculés, les paludiers « tirent le sel » en presqu’ile de Guérande, littéralement le « Pays Blanc », en breton. Ces artisans du sel exploitent avec minutie et passion les marais salants, tout en veillant à respecter la nature et l’environnement. Au total, ce sont pas moins de 280 paludiers qui participent à la production ainsi qu’à la récolte du sel de Guérande, véritable « or blanc ». Un produit dont la qualité est aujourd’hui certifiée par un Label Rouge, obtenu en 1991. XxSel partage avec vous ce patrimoine d’exception avec une gamme de fleur de sel, gros sel et sels aromatisés qui sauront relever tous vos plats et faire voyager vos convives.

Un produit noble issu des salines de Guérande

L’environnement exceptionnel en presqu’île guérandaise, allié au savoir-faire des paludiers fait du sel de Guérande l’un des meilleurs au Monde. Le principe de fonctionnement des salines est très simple. L’eau de mer est soumise aux rayons du soleil et au souffle du vent. Ce qui provoque le phénomène d’évaporation. Ainsi, le sel se concentre et se cristallise. Au-delà de 270 g de sel par litre, s’opère la cristallisation et les œillets se forment au-delà de 300 à 350 g par litre. Les paludiers récoltent ensuite cet or blanc, dans le plus pur respect de la nature et de l’environnement.

Paludier : un métier passion au rythme des saisons

Gardiens du patrimoine des marais de Guérande, les paludiers allient traditions et savoir-faire. Leur travail suit le fil des saisons. Chacune de leur tâche est dictée par la météo et liée au degré de salinité de l’eau à certains moments de l’année. C’est notamment le cas du nettoyage des bassins. Celui des cobiers se déroule plutôt en hiver, tandis que les adernes et les œillets sont nettoyés début juin, à l’arrivée du sel. La récolte du sel varie également en fonction de la météo. Pour chaque œillet, elle peut atteindre 70 kg par jour pour le gros sel et 5 kg par jour, pour la fleur de sel.

Sur le même sujet :